Mes Befanini au Romarin


Dans mon village italien, nous avons fêté la Befana la nuit dernière.

Dans l’imaginaire populaire, il s’agit d’une vieille femme au nez crochu voyageant sur son balai et offrant des présents aux enfants sages.

Cette célébration méditerranéenne trouve son origine dans les traditions agricoles païennes de l'antiquité préchrétienne. La nuit du 5 au 6 janvier, on fêtait la mort et la renaissance de la Nature, à travers le sacrifice de Mère Nature, représentée comme une vieille femme. Cette représentation serait liée à l'année écoulée : Mère Nature, fatiguée d'avoir déployé toute son énergie a perdu sa vigueur initiale et apparait sous la facette d’une femme âgée qui se sacrifie pour faire place à son jeune visage et apporter la fertilité à la Terre pour les récoltes à venir. Dans l'ancien Latium, cette grande déesse mère s'appelait Bubona, ce qui laisse penser que la « Bubona » est devenue la « Befana ».


La Befana clôt « la petite année »: un temps de suspens, de passage entre l'année écoulée et la nouvelle année. Après le Solstice d'Hiver, il aura fallu douze jours au Soleil pour que sa renaissance devienne visible.


La Befana me relie à toutes les facettes de femmes que je porte en moi. Elle me relie à la figure de la Sorcière.

C’est elle qui m’a fait réouvrir le livre de Mona Chollet et savourer cette citation « La sorcière incarne la femme affranchie de toutes les dominations, de toutes les limitations : elle est un idéal vers lequel tendre, elle montre la voie. » (Sorcières, Mona Chollet)

Ici, en honneur de la Befana, on fait des biscuits surnommés « Befanini » qui sont confectionnés avec du zeste de citron.


Alors, en guise de Befanini, j'ai eu envie de vous offrir ma recette de biscuits amaretti au Romarin et au citron.


Ces biscuits éveillent notre énergie vitale et nous offrent le soleil du citron et du Romarin. Ils nous relient à notre lumière intérieure en ce jour de l'Epiphanie.


La recette des Befanini au Romarin et citron

(pour 10 befanini) 60 g d’amandes en poudre 75 g de sucre semoule 1 blanc d’oeuf le zeste d’un petit citron les feuilles de 3 petites branches de Romarin


Préparer la pâte quelques heures à l'avance. Dans un saladier, mélanger la poudre d’amande avec la moitié du sucre, le zeste de citron et le Romarin ciselés finement. Dans un autre saladier, fouetter le blanc en neige en ajoutant le reste de sucre. Incorporer délicatement le blanc dans le premier mélange. Garder la pâte au frais au moins une heure. Аvec les mains humides, former des petites boules avec la pâte. Les poser sur une plaque recouverte de film papier cuisson en les aplatissant légèrement.

Préchauffer le four а 140-150°C (chaleur tournante) puis enfourner les biscuits 15 minutes environ.

Ces biscuits célèbrent la vitalité solaire du Romarin qui réchauffe et tonifie notre corps au coeur de l'Hiver.


Chez moi, le Romarin est encore tout fleuri alors qu'il a neigé sur les sommets au-dessus de la maison (ci-dessus, je vous offre une petite vidéo d’une session de cueillette sauvage).

Ses floraisons hivernales témoignent de sa puissance qu’il nous transmet pour renforcer nos défenses immunitaires dans le froids.


Il est d'ailleurs souvent associé à la notion d’éternelle jeunesse et rentre dans la composition de nombreux soins cosmétiques par son pouvoir anti-oxydant.


Il contient aussi des molécules aromatiques aux vertus antiseptiques et antibactériennes qui nous soutiendront pour résister aux pathologies hivernales.