Déambulations poétiques, sauvages et gourmandes 

& rituels sacrés inspirés des plantes

L’oliveraie scintille de pâquerettes. Elles ont joyeusement tapissé les pieds de nos majestueux arbres centenaires et leurs petites fleurs nacrées reflètent avec grâce l’argenté des feuilles d’oliviers. Toutes soeurs, elles semblent rire en choeur avec le soleil.


Pour célébrer cette complicité joyeuse avec les oliviers et le soleil, je les ai mises à macérer dans l’huile des arbres aux pieds desquels elles aiment pousser. 


Comme une évidence : une huile de beauté portant la quintessence de ces synergies naturelles, confectionnée au coeur du portail de la pleine lune de Pâques. 

La pâquerette doit d’ailleurs son nom à ses fleurs qui s’épanouissent surtout à partir de Pâques. En résonance avec cette période de l’année, elles symbolisent la joie d’être en vie et le renouveau.


Les macérations solaires font partie des préparations phytothérapeutiques que je préfère confectionner. J’aime assister à cette lente alchimie entre les plantes, l’huile et le soleil.

Grace à la chaleur du soleil, l’huile capte les propriétés de la plante ainsi que l’énergie solaire. La solarisation charge l’huile de photons naturels, grains d’énergie pour nos cellules.

C’est un processus lent d’extraction des principes actifs des plantes. Un temps long qui  leur permet de se révéler en douceur et d’inscrire leurs vibrations au coeur même de l’huile. 

Dans cette vidéo, vous apprendrez à confectionner votre macération solaire de pâquerettes.

La peau est un organe vivant, lieu d’échanges entre le monde extérieur et notre corps. Elle reflète notre relation à soi et au monde, notre capacité à poser nos frontières et à affirmer notre identité.  


Les macérations solaires ont une grande affinité avec la peau, grâce à l’huile capable de pénétrer rapidement les puits lipidiques situés la base de chaque poil, au niveau desquelles l’épiderme s’amincit. Elles permettent ainsi une bonne absorption des principes actifs des plantes.

L’application de macérations solaires permet donc de nourrir notre peau à la fois des propriétés de l’huile et de celle de la plante. 


L’huile d’olive est particulièrement bénéfique pour les cellules de notre peau. Très riche en acide oléique (oméga-9), c’est une excellente source d’hydratation pour les peaux sèches et sensibles. Elle nourrit et assouplit la peau et est facilement assimilée par l'épiderme, qui s’en sert pour reconstruire son film hydrolipidique.

En plus de l’action nourrissante de l’acide oléique, elle contient en grande quantité de vitamine E, au puissant pouvoir antioxydant, capable de neutraliser les radicaux libres, responsables du vieillissement de la peau. L’huile d’olive est d’ailleurs utilisée depuis longtemps comme soin de beauté par les femmes méditerranéennes qui, comme par intuition, avaient pressenti ce pouvoir antioxydant bien avant qu’il soit mis en avant par la science.

L’huile d’olive porte aussi l’empreinte énergétique de l’olivier, arbre immortel, symbole de puissante vitalité, de régénérescence et de paix.

Elle a aussi l’avantage d’être assez stable et moins fragile que d’autres huiles végétales qui rancissent plus rapidement.

La chaleur du soleil permettra donc d’extraire les précieuses propriétés de la pâquerette. 

Riche en actifs tenseurs (tanins) la pâquerette resserre nos tissus en leur donnant tonus et solidité. Elle est particulièrement recommandée pour raffermir et tonifier la poitrine.


Abritant des composés proche de sa soeur l’arnica, son huile est également vulnéraire, utile après un coups ou sur une ecchymose et cicatrisante pour les petites blessures. 


A l’image de la douceur de ses feuilles et sa fleur, elle contient aussi des mucilages émollients qui apaisent notre peaux.


Bellis perennis ("la belle perenne") embellit le monde et le pare de magie. 

Elle embellit notre peau, nous ouvre à la magie. 

Et l’âme agit. 

SOIN RITUEL SAUVAGE 

- Avant de cueillir les fleurs, prenez un moment pour vous recueillir et poser une intention d’amour et de guérison.

- Récoltez avec gratitude les fleurs de pâquerettes dont vous avez besoin, autour de midi, par temps sec et ensoleillé. 

- Mettez-les à sécher à l’abri de la lumière dans un endroit sec pendant 7h. Cela permettra aux fleurs de perdre une partie de leur humidité qui pourrait détériorer l’huile.

- Placez les fleurs dans un bocal.

- Recouvrez d’huile d’olive extra vierge.

- Placez le bocal dans un endroit chaud, sec et bien ensoleillé et laissez macérer pendant 28 jours.

- Dynamisez votre huile chaque jour si possible avec une intention bienveillante. Par le mouvement, vous redonnez l’information de votre intention à votre préparation. 

- Filtrez dans un tulle et pressez fortement pour bien extraire les principes actifs.

- Ajoutez 5% d’huile essentielle de lavandin, qui permettra de prévenir le rancissement de l’huile.

- Versez dans un flacon en verre fumé.

- Conservez à l’abri de la lumière.

- Massez votre poitrine avec une pensée d’amour pour la femme sauvage qui est en vous !

Sous les premiers rayons, les fleurs de mimosa ont caressé ma joue.

Toutes chaudes de soleil, elles émanaient une odeur d’amandes fraiches broyées avec du miel.


Il y a quelques jours, leurs boules d’or ont éclaté en faisceaux lumineux poudrés de pollen et de vie. Elles ont inondé de lumière les paysages hivernaux. Elles ont annoncé la fin de la nuit.


Entre leurs grappes, zigzague le bourdonnement timide des bourdons encore tous engourdis d’hiver. Hésitants, comme s’ils n’y croyaient pas vraiment.


Mais le mimosa radieux et confiant, nous dit que oui! il est temps de s’ouvrir à la renaissance de la vie et de faire éclater au grand jour ce que nous avons reçu à l’abri de l’hiver.


Son parfum enveloppe nos coeurs de confiance et nous encourage à assumer pleinement la lumière et la beauté de notre propre vie. Il nous donne la force de faire s’épanouir nos projets les plus chers en les incarnant dans la matière.


Le mimosa nous assure avec bonté que tout peut renaitre, tout peut se réinventer, pour peu que l’on s’ouvre à la joie d’être en vie.



Chaque jour, c’est une nouvelle éclosion.

Avant hier c’était le mimosa qui inondait la vallée de ses soleils, hier la bruyère a éclaté en petits nuages blancs et aujourd’hui les violettes se sont ouvertes en choeur tapissant l’oliveraie d’un délicat parfum sucré.


Tous les matins, je découvre une nouvelle teinte qu’il n’y avait pas hier, comme si, chaque jour, la Nature enrichit un peu plus sa palette de couleurs.


Le printemps est la saison de l’enchantement. La beauté qui éclot partout autour nous enseigne à cultiver l’émerveillement en nous.

C’est le moment de partir marcher et d’inspirer à plein poumons la beauté d’être en vie.


Ce sont les fleurs qui recolorent le monde en s’ouvrant à la vie. Gardiennes de la quintessence des plantes, elles ouvrent la danse de cette renaissance. Apparitions éphémères et fragiles, elles semblent nous dévoiler toute la beauté et la subtilité de l’âme des plantes et des arbres.

Les premiers jours printaniers offrent un temps précieux pour se connecter aux fleurs et à leur médecine.

C’est pourquoi, je vous propose un rituel qui nous permet de rentrer en relation profonde avec elles : la préparation d’un élixir floral.


Je l’ai préparé avec le mimosa car, en ce moment d’ouverture au monde et de sortie de l’hiver, j’ai senti un appel profond pour ses fleurs lumineuses.

Mais vous pouvez préparer cette médecine avec de nombreuses autres fleurs. Pour la choisir, connectez-vous à votre intuition et ressentez quelle fleur vous appelle et vous émeut en ce moment.

Car chaque fleur a sa propre vibration et celle-ci résonnera plus ou moins en nous, en fonction de notre état d’esprit, de notre personnalité et de notre chemin de vie.


Les élixirs floraux permettent de capter l’empreinte énergétique des fleurs à travers l’alchimie entre l’eau et le soleil.

J’aime beaucoup cette pratique car je l’accompagne toujours d’une moment de méditation avec la plante. Je la salue. J'expire mes tensions. J'inspire la gratitude pour la générosité de notre Terre Mère guérisseuse. Je me plonge dans un état de présence qui me relie à mon intuition et à la plante. Je lui demande sa guidance. J'accueille ce qu'elle a à me dire. Je lui demande la permission de récolter quelques-unes de ses fleurs. J'écoute. Si c'est oui, je pose mon intention de guérison.

En réalité, ce rituel peut se faire de multiples façons : il s'agit seulement de faire de cette pratique un rituel sacré, tissé d'amour et de respect, car ce n'est qu'ainsi que la médecine peut opérer. A vous d'imaginer votre rituel. Vous pouvez amener un cadeau, - une pierre, une plume, un poème, un chant, un baiser...-, les plantes en sont friandes !


Dans cette video, vous verrez à quel point il est simple de préparer un élixir floral. Le Dr Bach avait justement mis en place ce mode de préparation pour qu’il soit accessible à tous et que chacun puisse être prendre activement part à son processus de guérison.



SOIN RITUEL SAUVAGE

Ce rituel est à pratiquer le matin, quand les fleurs cueillies sont déjà baignées par les rayons de soleil (idéalement autour de 9h) par une journée ensoleillée et sans nuage.


Vous aurez besoin : d'un bol, d'une paire de ciseaux, d'un bocal, d'eau de source (ou, à défaut, la plus pure possible), d'alcool à 40% ou de vinaigre de cidre.


- Choisissez la plante qui vous appelle. Vous pouvez consulter la liste des plantes qui se préparent en élixirs floraux, même si, en pratique, toute fleur peut être préparée de cette façon. Gardez juste à l’esprit de ne pas ramasser de plantes en voie de disparition ou celles qui sont toxiques.

- Reliez vous profondément à la plante. Demandez-lui la permission de cueillir ses fleurs. Ecoutez. Si c'est oui, posez votre intentions.

- Déposez, sans les toucher, les fleurs sur la surface d'un bol rempli de l'eau la plus pure possible. Recouvrez toute la surface.

- Remerciez la plante.

- Laissez au soleil trois ou quatre heure, sur le même lieu, proche de la plante choisie.

- Filtrez, dans une mousseline à fromage ou un filtre a cafe, par exemple.

- Remplissez la moitié d'un bocal de cette préparation et l'autre moitié d'alcool à 40% (le cognac est utilisé traditionnellement) ou de vinaigre de cidre si vous préférez éviter l'alcool. L'alcool et le vinaigre servent de conservateur.

- Conservez la préparation au vinaigre 7 mois au frigo et celle à l'alcool pendant plusieurs années.

- Vous pouvez rediluer cette préparation en mettant 1 à 7 gouttes dans un bocal que vous remplirez à moitié d'eau et à moitié d'alcool ou de vinaigre de cidre.

Cette dilution épouse le principe de l'homéopathie selon lequel plus la dilution est haute, plus la médecine pourra agir sur des zones très subtiles de nos êtres.



Cette pratique a été élaborée dans les années 1930 par le Dr Edward Bach, bactériologiste puis homéopathe, qui mena une étude très poussée sur notre lien énergétique unique avec les fleurs.

Consacrant sa vie à l'amélioration de l'humanité à travers une médecine holistique, il est le père de 38 élixirs floraux différents connus dans le monde entier. Depuis, ses disciples ont continué ses travaux et la liste des fleurs préparées en élixir est aujourd’hui beaucoup plus importante.


Rétablir notre résonance avec notre voix intérieure


Pour le Docteur Bach, la maladie viendrait d’un manque d’harmonie entre l’Ame et la personnalité. Cela génère des schémas de pensée négatifs et nous mettent dans des états d’esprit qui nous empêchent d’être en pleine santé. Pour une raison ou une autre, nous bloquons souvent la communication avec notre propre intuition. Et nous créons le malheur, la discordance et le déséquilibre en nous-mêmes.

Cela est aujourd’hui bien d’actualité, avec la médecine moderne qui sait, depuis des décennies, que les sentiments négatifs et le stress peuvent affaiblir les systèmes de notre corps.


La maladie est donc vue comme le moyen par lequel notre corps et notre âme nous disent que nous sommes dans un état de disharmonie, que nous ne sommes pas aligné.e.s avec notre mission de vie ou avec la vérité de notre Ame. De cette manière, la maladie peut être perçue comme un messager qui relève un déséquilibre qui pourra être rétabli par un changement d’état d’esprit.


C’est pourquoi, lors de ma méditation avec la plante, j'aime prendre un temps pour sonder mon Ame et savoir si mon action dans le monde résonne bien avec les desseins profonds de mon guide intérieur, de mon intuition.


Chaque essence de fleur est indiquée pour un type de personnalité spécifique et ses modèles négatifs correspondants. Par exemple, l’élixir floral de mimosa, en facilitant l’ouverture au monde et par la joie, la confiance qu’il nous apporte, est particulièrement conseillé aux personnes découragées, qui se replient sur elles-même et qui vivent un sentiment d’abandon. Il est également recommandé aux personnes hypersensibles qui n'arrivent pas à gérer leur propre frontière émotionnelle.


Les essences de fleurs fonctionnent de manière très subtile, de sorte que leurs effets peuvent prendre un certain temps, bien que ceux qui sont très sensibles ressentent parfois un changement plus immédiat. Ils harmonisent nos esprits à un niveau profond et souvent imperceptible.

Ils nous aident à transformer nos ornières mentales et émotionnelles, à éliminer de notre métabolisme spirituel les «psycho-toxines» de la négativité, rétablissant ainsi notre résonance avec notre voix intérieure.


« Tant que l'Ame et la personnalité sont en harmonie, tout est en joie » Dr. Edward Bach


Il existe des joies simples comme celle de pousser la porte du poulailler et de découvrir, cachés dans la paille, des oeufs aux reflets chocolat, de les déposer délicatement dans mon petit panier de noisetier et de remercier chaleureusement les poules, Rose, Violette et Capucine, de nous offrir ces petits joyaux contre la liberté de gambader à leur guise dans l’oliveraie.



Dans la bouche, la fleur de mimosa éclate comme un petit soleil tout grumeleux de pollen. Puis quand on la croque, un parfum blond-ambré, une pointe acidulée.


Le jaune d’or du mimosa. Le jaune d’oeuf. Le jaune bouton d'or du soleil. 


De scintillantes résonances en guise d'inspiration.


Plus un soupçon de jaune moutarde dans la mayonnaise végétale.


Et des œufs mimosa qui miroitent à la perfection la luminosité du premier déjeuner au soleil de l'année.



CUISINE SAUVAGE SENSIBLE


RECETTE POUR DEUX

Faites bouillir les oeufs de poules bien traitées et bien nourries pendant 10 minutes. Plongez-les dans de l'eau froide.

Ecrasez à la fourchette les jaunes d'oeufs avec 1 cc de purée d'amande, 1 cc de crème végétale, 1 CS d'huile d'olive. Et une pointe de moutarde.

Mixez avec les jaunes d'oeufs et incorporez des flocons de mimosa.

Recouchez le jaune dans son lit douillet et parsemez généreusement de rayons de mimosa.


Servez avec le soleil aux lèvres.



2/2